press to zoom

press to zoom

press to zoom

press to zoom
1/3
portrait letika.jpg

Létika

A considérer d 'un regard distrait ou ordinaire les dessins de Letika, nous pouvons y voir un univers coloré, fantasmagorique, cocasse, merveilleux et séduisant comme peut l’être celui des contes pour enfant. Cependant cette première impression se dissipe très vite ou du moins vacille sur elle-même. Tant nous savons depuis l'avènement de la psychanalyse et de l'ethnologie notamment Vladimir Propp, Claude Lévi-Strauss, Bruno Bettelheim , combien les contes et les légendes ne sont en rien des récits tout à fait faciles, fantaisistes, fabuleux et sages. Nous savons aussi que le monde de l'enfance et la figure de l'enfant sont tortueux, cruels et complexes. Freud qualifiait la psyché de l'enfant de « perverse polymorphe ». En ce sens ou le monde de l'enfance n'a pas pour soi cet état d'innocence, de quiétude . Il y a sous le lit, dans les armoires, derrière les portes fermées tout un univers parallèle : sombre et maléfique ou absurde et réglé par les lois paradoxales du « non-sens » comme celui du monde merveilleux d'Alice. Mais avec Letika c'est comme si le monde merveilleux d'Alice avait effectué le chemin inverse et c'était déversé dans le monde ordinaire.