BOROWSKI Nathalie - Dessin feutre sur papier BFK Rives - Plusieurs formats - 2021
BOROWSKI Nathalie - Dessin feutre sur papier BFK Rives - Plusieurs formats - 2021

press to zoom
BOROWSKI Nathalie - Dessin sur papier BFK Rives - Chromosome #1 - 60x80cm
BOROWSKI Nathalie - Dessin sur papier BFK Rives - Chromosome #1 - 60x80cm

press to zoom
BOROWSKI Nathalie - Dessin sur bois - Territoires intérieurs - Diam entre 60 et 80cm - 202
BOROWSKI Nathalie - Dessin sur bois - Territoires intérieurs - Diam entre 60 et 80cm - 202

press to zoom
BOROWSKI Nathalie - Dessin feutre sur papier BFK Rives - Plusieurs formats - 2021
BOROWSKI Nathalie - Dessin feutre sur papier BFK Rives - Plusieurs formats - 2021

press to zoom
1/3
Nathalie Borowski portrait2.jpg

Nathalie BOROWSKI

Nathalie Borowski tente d’établir des rapprochements entre science et schémas sociétaux. “Et si l’organisation de la société, ses mouvements, ses réseaux, sa communication n’étaient que le reflet de notre constitution et modélisation cellulaire ?“ En se fondant sur des faits scientifiques établis, elle oriente sa recherche vers un univers onirique, allégorique et compose des analogies avec le monde extérieur. Cellules, gènes, chromosomes, migrations cellulaires, systèmes de communication sont autant de prétextes à une réflexion sur le thème de l’ADN. Tel un organisme vivant en perpétuelle évolution, son travail tente d’en déployer les signes et les codes. Ruyer concevait la spatialité chez Bergson comme une «parfaite extériorité des parties les unes par rapport aux autres, en une indépendance réciproque complète» (R. Ruyer, La Conscience et le corps – 1937).

 

C’est dans cette veine que l’œuvre de Nathalie Borowski - qui décline ses obsessions - travaille la répétition et la multiplication des signes. Rien n’est mécanique dans sa création : la variation de la taille des cercles, des découpes, des matériaux utilisés comme support - et la réflexion sur l’agencement de l’espace dans lequel ces formes sont répétées - contribuent à interroger l’observateur sur le sens de ce qui nous compose. L’artiste évoque à travers ses paysages imaginaires les migrations cellulaires. Ses créations s’inscrivent dans un temps long qui n’est pas sans rappeler le lent déplacement des cellules et questionner notre rapport au temps.

 

A l’instar d’une géographie en perpétuel et imperceptible mouvement, son travail se compose de dessins et signes répétitifs. Il y est question de géométrisation d’un paysage, de communication, d’animalité… Le signe plastique parle de luimême, courbe finie ou infinie, espace clos, le cercle symbolise par essence un perpétuel recommencement. A l’aune de Sisyphe, qu’Albert Camus imaginait heureux d’accomplir chaque jour la même tâche, et qui à force de l’accomplir en percevait mieux le sens, l’approche répétitive de l’artiste prend toute sa signification.“ Stéphane Mani